Open

Author Archives: Byemba Gloire

HPGRB : La néonatologie, la santé des nouveau-nés au centre de nos préoccupations

La pédiatrie de l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu a amélioré suffisamment son plateau technique et les enfants  nouveau-nés bénéficient désormais d’une meilleure prise en charge médicale. Suite à ces avancées significatives, le taux de mortalité a sensiblement baissé. L’unité de la néonatologie à la pédiatrie de l’HPGRB vaut aujourd’hui mieux qu’il y a 5 ans.  

Dans un entretien accordé par le pédiatre Kambale Mbusa Richard , il  s’observe une nette amélioration du plateau technique pédiatrique. Tout a changé, les installations sont désormais modernisées et bien équipées des matériels de dernière génération qui permettent une bonne prise en charge pour sauver ces enfants prématurés.

Patrick Babwine : Bonjour docteur Richard

Dr Richard Kambale : Bonjour cher Patrick

Patrick Babwine : Dr Nous voulons savoir, quelles sont les réalisations (les points frappants au sein de votre service), bref, des spécialités par rapport à d’autres structures sanitaires de la place ?

Dr Richard Kambale : merci pour votre question Monsieur. Nos réalisations s’articulent sur plusieurs volets, notamment :

Le premier volet est, avant tout, un volet préventif. Comme l’adage le dit, il vaut « mieux prévenir que guérir ». Ce volet renferme plusieurs aspects :

  • Tout d’abord nous faisons la consultation systématique de tous les nouveau-nés, 2 jours après leur naissance, pour juger de leur bonne adaptation à la vie extra-utérine. Cette consultation les prépare au retour à domicile ;
  • Pour protéger précocement les bébés contre les infections évitables par la vaccination, une première vaccination systématique des nouveau-nés avec le vaccin BCG et vaccin contre la poliomyélite leur est offerte à la maternité ;
  • Avant le retour à domicile du couple mère-bébé, nous prodiguons à la mère des conseils visant, tant son bien-être que celui du bébé (conseils de puériculture). Nous l’informons sur les problèmes urgents du bébé qui doivent la faire revenir en Néonatologie ;
  • Après le retour du couple mère-bébé à domicile, nous revoyons le bébé, deux semaines après la sortie, pour une nouvelle réévaluation, afin de dépister les différents problèmes rencontrés par la mère à domicile ;
  • Enfin, nous faisons un suivi de tous les nouveau-nés sortis guéris de la Néonatologie, mais qui gardent un certain risque à moyen ou long terme. Il s’agit d’anciens prématurés, des nouveau-nés ayant été réanimés, des nouveau-nés suivis pour ictère (jaunisse), des nouveau-nés avec de grosses infections, etc. Le but de ce suivi est de dépister les anomalies de croissance et de développement psychomoteur et d’y remédier précocement.

Le deuxième volet, c’est le volet curatif : Il s’agit de la prise en charge de tous les bébés malades, notamment :

  • Les bébés prématurés de plus de 28 semaines (plus de 1 kg) ;
  • Les bébés macrosomes (de plus de 4kg) avec certains risques
  • Les bébés nés terme avec asphyxie périnatale (bébés qui n’ont pas crié à la naissance) grâce à la technique d’hypothermie induite de 48 à 72 heures ;
  • Les bébés présentant des infections néonatales ;
  • Les bébés avec ictère néonatal (jaunisse) par la technique de photothérapie ;
  • Les bébés avec malformations congénitales en collaboration avec d’autres spécialités de l’HPGRB (Chirurgie pédiatrique, ORL, Cardiologie, etc.) ;

Le troisième volet de nos réalisations, c’est le volet promotionnel :

Grâce à notre lactarium (banque de lait), nous encourageons les mères qui ont beaucoup de lait à allaiter leurs bébés, mais aussi à en faire don pour les autres mères qui n’en ont pas suffisamment pour diverses raisons. Des examens sont faits sur ce lait pour garantir la sécurité au bébé receveur. Le lait maternel ainsi recueilli est conservé dans des conditions d’asepsie et d’hygiène stricte dans notre lactarium.

En dernier, c’est le volet enseignement et recherche (l’HPGRB une structure favorisant la recherche scientifique) :

Comme hôpital universitaire, nous assurons l’encadrement et la formation des médecins stagiaires et des candidats spécialistes en pédiatrie ; nous offrons aussi un cadre de stage aux futurs infirmiers et sage-femmes de la région pour concilier les différentes théories apprises à l’école à la pratique. Nous menons des recherches sur plusieurs thématiques de la néonatologie.

Patrick Babwine : Pouvez-vous faire une brève présentation de la Néonatologie, la façon dont fonctionne cette unité de la pédiatrie d’une manière claire pour rassurer les lecteurs que tout a changé docteur ?

Dr Richard Kambale : La Néonatologie / HPGRB est une unité de pédiatrie qui prend en charge les enfants de 0 à 28 jours. Pour rendre optimale la prise en charge des bébés, l’Unité de Néonatologie est subdivisée en plusieurs secteurs :

  • Le secteur des nouveau-nés, nés en dehors de l’HPGRB (Outborn) ;
  • Le secteur des nouveau-nés, nés à l’HPGRB (Inborn) ;
  • Le secteur des nouveau-nés infectés ;
  • L’unité kangourou, où les mères allaitent et mettent leur bébé en contact étroit peau à peau contre leur poitrine en vue de leur garantir la chaleur (méthode Kangourou) ;
  • Le secteur mère-bébé A (Salle 11) où se fait le rapprochement entre la mère et le bébé stable mais garde une certaine fragilité. Ce rapprochement vise à renforcer les liens psycho-affectifs entre la mère et le bébé ;
  • Le secteur mère-bébé B (pavillon, salle des mamans césarisées, salle de post-partum) où se fait le rapprochement entre la mère et bébé stable et non fragile, mais qui suit encore les soins en Néonatologie ;
  • Nous intervenons également dans la salle d’accouchement (Pédiatrie en Maternité) dans le cadre de réanimation de nouveau-nés avant leur transfert en Néonatologie ; mais aussi dans le cadre de stabilisation et de la surveillance des nouveau-nés à risque.

Patrick Babwine : Comment est composée votre équipe en termes de potentiel intellectuel ?

Dr Richard Kambale : l’Unité de Néonatologie/HPGRB dispose d’un personnel très compétent constitué de deux pédiatres à compétence Néonatologie, 3 assistants, 8 infirmières puéricultrices et 2 agents de surface.

Patrick Babwine : Pourquoi cette unité a été déplacée vers la maternité et non laissée  auprès de la pédiatrie ?

Dr Richard Kambale : Dans la conception d’une unité de néonatologie, celle-ci doit toujours être située à proximité de la salle d’accouchement. Ainsi donc, ce rapprochement avait un triple objectif :

  • Premièrement, c’est de nous conformer à ce qui est universellement recommandé ;
  • Deuxièmement, c’est garantir au personnel soignant la facilité du travail. Cette proximité nous aide à prendre en charge précocement les bébés après les mesures de réanimation et à intervenir rapidement en maternité pour les bébés à risque.
  • Enfin, cette proximité garantit la sécurité des nouveau-nés en leur évitant l’exposition au froid, à la pluie, ainsi qu’au courant d’air pendant les manœuvres de leur transport de la Maternité vers la Néonatologie.

Patrick Babwine : Quelle est la capacité d’accueil pour les nouvelles installations de votre service ?

Dr Richard Kambale : L’Unité de Néonatologie a une capacité d’accueil de 20 nouveau-nés. Cependant, compte tenu du fait que les nouveau-nés stables sont suivis auprès de leurs mères dans différents secteurs au compte de la Néonatologie, notamment en salle 11, au pavillon clinique, en  salle des mamans ayant accouché par voie basse (salle de post-partum), et en salle des mamans ayant accouché par césarienne, cette capacité avoisine 40 nouveau-nés.

Patrick Babwine : Quelles sont les grandes avancées enregistrées au sein de votre service comparativement aux 5 années passées.

Dr Richard Kambale : Ces avancées sont :

  • L’acquisition d’un nouveau bâtiment de Néonatologie, plus large que le précédent, et communiquant directement avec la Salle d’accouchement et la Maternité ;
  • Le renforcement du personnel soignant avec plusieurs compétences ;
  • Le renforcement du plateau technique ;
  • La banque de lait (lactarium)
  • La collaboration avec les partenaires de l’Université de Liège (Belgique) dans le cadre d’actualisation de nos différents protocoles des soins, recyclage du personnel et renforcement en matériels de soins.

 

Patrick Babwine : Les lecteurs patients/ clients, peuvent-ils avoir une connaissance sur vos programmes respectifs de consultations ?

Dr Richard Kambale : Oui

Pour Dr Richard KAMBALE :

  • Lundi : Consultation externe en Clinique B
  • Mardi, mercredi et jeudi : consultation des nouveau-nés de 2ème jour de vie, avant leur retour à domicile ;
  • Mercredi : Consultation externe systématique de la 2ème semaine des nouveau-nés nés ou suivis à l’HPGRB
  • Vendredi : Consultation externe en Clinique A (pédiatrie générale)

Dr Serge ZIGABE :

  • Jeudi : Consultation externe en Clinique B
  • Lundi, mercredi et vendredi : consultation des nouveau-nés de 2ème jour de vie, avant leur retour à domicile ;
  • Mercredi : Consultation externe systématique de la 2ème semaine des nouveau-nés nés ou suivis à l’HPGRB
  • Mardi : Consultation externe en Clinique A

 

Patrick Babwine : disposez-vous de ressources matérielles nécessaires capables de prendre en charge ces nouveau-nés au sein de votre service ?

Dr Richard Kambale : effectivement le service est fortement équipé en matériel de pointe.  Nous disposons de :

  • Matériels d’aspiration et d’oxygénation (aspirateur, sondes, bocal) ;
  • Matériels de réanimation de nouveau-nés (table de réanimation avec source de chaleur, chronomètre, aspirateur, sondes, ambu, masques, laryngoscope, pince de Magill, canules, etc.),
  • Matériels de réchauffement des nouveau-nés (tables chauffantes, couveuses) ;
  • Matériels de refroidissement des nouveau-nés avec asphyxie périnatale (cool pack) ;
  • Matériels de nébulisation des nouveau-nés (nébuliseurs, masques) ;
  • Matériels de photothérapie pour tous les bébés avec jaunisse ;
  • Lactarium avec matériels nécessaires pour l’alimentation des nouveau-nés de faible poids de naissance (tire-laits, centrifugeuses, matériels de pasteurisation, microscope, frigo, congélateurs, four micro-ondes…)
  • Matériels de surveillance des nouveau-nés en détresse vital (scope)

Nous rappelons à nos lecteurs que Dr Kambale poursuit sa recherche dans le domaine de la nutrition infantile. Il a des spécialités en : Pédiatrie générale, Nutrition pédiatrique, maladies infectieuses pédiatriques, ainsi qu’en Néonatologie.

Patrick Babwine : Merci docteur kambale pour votre collaboration et surtout pour cet entretien plus riche

Dr Richard Kambale : C’est moi qui vous remercie et je salue tout le personnel de l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu ainsi que tous nos lecteurs.

L’HPGRB HONORE PAR LA VISITE D’UNE FORTE DELEGATION DE L’UNION EUROPEENNE

L’hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu a été honoré ce mardi 29 mars 2022 par la visite d’une délégation de l’Union européenne, conduite par le Docteur Ian Van Englgem, expert en santé à la commission européenne.

Le but de la visite de cette délégation de l’Union européenne à l’hôpital provincial était de s’entretenir avec l’équipe de direction, mais aussi d’évaluer les activités réalisées par le Comité international de la Croix-Rouge à Bukavu (CICR). Tout  au long de leur entretien, Ian Van Englgem a loué le travail de l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu. Un hôpital qu’il qualifie d’une structure sanitaire exceptionnelle.

« Nous voulons voir nos activités réalisées à l’HPGRB à travers le CICR. Nous pensons que le CICR a fait un travail exceptionnel avec l’Hôpital provincial de Bukavu. De ce que j’ai pu voir aujourd’hui, il est un des meilleurs hôpitaux du pays. Un hôpital le mieux organisé », a-t-il dit,

Ian émet le vœu de voir l’HPGRB grandir davantage et améliorer plus encore son plateau technique pour la meilleure prise en charge de la population du Sud-Kivu et celle de la région de Grand Lac en général.

Au cours de leur entretien avec ses hautes, médecin directeur adjoint de l’HPGRB a peint un tableau retraçant toutes réalisations de sa structure pendant cette période de la pandémie dans la prise en charge de blessé par arme et des malade à covid19.

Il est à signaler qu’au cours de leurs échanges, le délégué de l’union Européenne a promis le soutien de son organisation à l’Hôpital Provincial Général de Référence au travers du CICR.

THE FEMININE STAFF HEARD THE INDIGENT

HPGRB : LE PERSONNEL FEMININ ECOUTE LES CRIS DE DETRESSE DES PATIENTES INDIGENTES

La femme incarne l’amour, la générosité et la douceur.

Alors que le monde entier décrie la crise économique due à l’apparition de la pandémie mondiale à Covid19, ainsi que des multiples guerres à répétition, le personnel féminin de l’Hôpital Provincial de Référence de Bukavu, par leurs petites contributions paient les factures de trois patientes démunies.

Seules les œuvres parlent, ces dames et filles agents de l’hôpital ont décidé de faire des actions louables à chaque manifestation. Selon elle, assister celles qui sont dans un besoin est la meilleure façon de célébrer le mois de la femme.

«  Au travers nos contributions, en grignotant sur ce que nous gagnons, nous jugeons utile de permettre à certaines femmes qui ont passé de longues périodes d’hospitalisation de regagner leurs familles. Comme des mères nous nous sommes senties touchées par la misère qui frappe notre communauté et plus particulièrement la femme qui en est la plus victime. Nous invitons le gouvernement à réfléchir sur la question d’assurance santé », a interpellé madame Vumilia Mwinja, Directrice adjointe de nursing à l’HPRGB.

Madame Vumilia conscientise d’autres patients à faire aussi preuve de bonne foi en payant progressivement  leurs factures. Car, dit-elle, le geste de générosité ne peut être posé qu’envers un patient qui a la reconnaissance et la bonne volonté.

Dans leur lutte, les femmes de l’Hôpital Provincial Général de Référence réunies  au sein de la commission genre, sont décidées d’aller trop loin en prêtant main-forte au service social de l’hôpital afin d’aider à la mesure du possible les nécessiteux.

Les bénéficiaires de ces actes de bonne foi, n’ont pas caché leurs émotions. Avec des larmes aux yeux, elles remercient leurs bienfaitrices et les encouragent d’aller encore trop loin.

« Je ne sais pas quoi dire, seulement je dis merci à Dieu qui me surprend positivement. J’étais dans le désespoir et découragement, car j’ai plus de 6 mois d’hospitalisation et voilà je n’ai payé que   100$. Aujourd’hui le personnel féminin vient de payer ma facture. Mon mari est interné aussi à Ciriri, car on lui a amputé la jambe. Que Dieu bénisse cet hôpital et son personnel », a-t-elle reconnu.

HPGRB : DOCTEUR GUY MULINGANYA MULUMEODERHWA LOUE LE LEADERSHIP FEMININ AU SEIN DE L’HPGRB

Le mois de mars est un mois dédié à la défense des droits de la femme. L’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu (HPGRB) n’a pas dérogé à ses règles. Une occasion pour le Médecin Directeur de l’HPGRB, le Docteur Guy Mulinganya de louer le leadership féminin au sein de l’HPGRB.

Pour commémorer la journée de la femme, le Médecin Directeur de l’HPGRB a rendu un vibrant hommage à toutes les femmes courageuses qui ont tout donné pour rendre cette structure sanitaire, un hôpital d’excellence.

« Certaines d’entre vous sont dans cet hôpital depuis de très longues années. Vous nous avez formé dès le bas-âge jusqu’à l’âge adulte. Vous avez transformé notre environnement de travail et du jour au jour vous rendez l’Hôpital Provincial plus beau qu’avant. Par votre labeur et par votre empathie, nous pouvons encore faire plus pour cet hôpital et pour nos familles respectives ».

Touché par l’engagement tous azimut des femmes médecins vers les filles de salles, Dr Guy Mulinganya  n’a pas caché ses sentiments de reconnaissance.

« De tout ce que vous faites pour nos patients sans discrimination de sexe ni de race, soyez-en fières, car nous plaçons notre confiance en vous. Cela vous donne une dignité vis-à-vis des malades et une estime de soi vis-à-vis de vous-même parce que vous en avez les compétences et les capacités ».

Pas de vie sans la femme. L’humanité n’existerait pas sans elle, elle est la source de vie et de l’humanité.  Pour donner la vie les femmes souffrent et certaines d’entre elles n’ont pas survécu à cause de la précarité des institutions sanitaires en ville comme en milieux ruraux.

Le Médecin Directeur appelle à une lutte commune pour parvenir à l’amélioration de la qualité des soins et les rendre accessibles à tous.

En dépit des stigmatisations dues aux us et coutumes dont la femme a été victime sur tous les plans durant des décennies, il lui est demandé aujourd’hui de participer ardemment au développement de l’humanité et de prouver sa féminité.

Pour un thème « l’avenir féministe », la femme doit briller partout où elle se trouverait pour participer à la réduction des catastrophes naturelles.

A l’HPGRB les femmes sont appelées à rendre sain l’environnement en s’investissant résolument dans l’amélioration de l’hygiène hospitalière.

Comme personnel soignant et celle qui est censée donner la vie et la protégée, la femme est invitée à prendre conscience sur le danger qui pointe à l’horizon. Elle doit protéger l’environnement à partir de la famille jusque dans son milieu professionnel.

Un message qu’a fait passer aux femmes de l’HPGRB, le Docteur Yvette Kujirakwinja, Gynécologue et Chef de Département de Gynéco-Obstétrique.

« Comme il nous est recommandé de nous investir dans la gestion des catastrophes, nous sommes toutes obligées ici à l’hôpital de faire de la propreté notre cheval de bataille. Je suis médecin on me prépare le champ pour opérer je dois d’abord  me rassurer que les instruments m’apprêtés sont propres ou bien l’endroit où je vais travailler est salubre. Plus il y a de la saleté sur la table plus il y aura des infections, plus encore nos malades sont exposés », a révélé Dr Yvette Kujirakwinja, dans son discours.

Elle interpelle la conscience de ses collègues à bien gérer les déchets ménagers et d’autres ordures en milieu professionnel pour faire face aux catastrophes naturelles.

Béatrice Mulinganya, infirmière au service de Néonatologie a, quant à elle, rappelé les acquis de la journée mondiale de la femme rendue officielle depuis 1977 par les organisations des Nations unies. Cette lutte de plusieurs années produit déjà des fruits, car elle conduit au respect strict des droits des femmes et fait asseoir l’égalité des hommes et des femmes.

« Cette tradition représente plus de 90 ans de lutte pour l’égalité et la justice de la femme. Curieusement jusqu’aujourd’hui aucun pays n’a déjà atteint l’égalité, mais la lutte continue jusqu’à ce que notre voix soit entendue partout au monde. Que ce mois soit dédié à toutes ces braves femmes qui ont milité pour que notre voix soit entendue au niveau mondial et que l’on parvienne à prendre avec considération cet aspect d’inégalité entre femme et son collègue homme qui s’observe à différents niveaux », a-t-elle dit.

Elle lance un appel à toutes les femmes de l’HPGRB et celles du monde à travailler avec courage et assiduité.

Il faut dire qu’à l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu, les femmes occupent presque la moitié du personnel. Elles sont représentées dans toutes les structures de l’hôpital. 25 sur 90 médecins, 104 sur 207 infirmiers, 36 sur 86 administratifs, et 38 sur 112 hygiénistes. Avec cette représentation, l’HPGRB répond à l’objectif de l’Organisation des Nations-Unies pour cette année.

HPGRB : Acquisition des matériels de pointe et modernisation des infrastructures, un pari réussi.

L’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu se modernise et cela par la construction de nouvelles bâtisses  qui viennent donner une fois de l’espoir aux usagers.

 L’équipe de Direction avec l’appui de l’archevêché de Bukavu ainsi que certains partenaires dévoués à l’œuvre ne jurent que de faire de cet hôpital un grand complexe médico-sanitaire de la région. Le nouveau bâtiment de Pédiatrie générale et du service d’Imagerie par résonance magnétique voient le jour et sont inaugurés en date du 25 février 2022.

Dans son discours de circonstance le Médecin Directeur, Dr Guy Mulinganya se félicite d’avoir réalisé un grand nombre  de ses objectifs: Moderniser l’hôpital, offrir à la population les soins de qualité en dotant la province d’une structure moderne du niveau tertiaire, telle est la mission assignée à cette équipe. Dr Guy Mulinganya appelle la population à s’approprier ces installations et en faire bon usage.

‘’ C’est avec plus grand plaisir que je me tiens devant vous, pour l’inauguration du bâtiment de la Pédiatrie Générale et du service d’Imagerie par Résonance Magnétique à l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu que nous attendions depuis si longtemps. Ceci est réalisé juste pour répondre au vœu de la population qui, en dépit de sa condition économique extrêmement difficile est obligée d’aller chercher les soins appropriés à l’étranger. ’’ a fait savoir Dr Guy Mulinganya Médecin Directeur de l’HPGRB.

Doter la province d’une infrastructure moderne fortement équipée et d’un personnel qualifié afin d’aider la population à accéder aux soins de qualité est la mission s’assignée par l’archidiocèse de Bukavu au travers son chancelier Mgr l’Archevêque François-Xavier Maroy Rusengo. Ce dernier n’a cessé de remuer ciel et terre pour voir dans quelle mesure cet hôpital peut être placé parmi les premières structures sanitaire en Afrique.  C’est grâce à cet homme de Dieu qui est son PCA que l’hôpital enregistre un grand nombre de spécialistes fournis par l’Université Catholique de Bukavu UCB.

Diriger c’est prévoir, à la tête, l’HPGRB est dirigé par une équipe jeune, forte et ambitieuse.  Animée par la  fougue de faire l’excellence. Cette dernière, a su placer la barre très haut et définir des mécanismes capables de fidéliser les clients en leur offrant les soins de qualité en province.

Yes we can

Soucieux de voir les conditions dans lesquelles les enfants du Kivu et ceux de la région en général, bénéficient des soins étroits, des conditions hygiéniques non optimales et surtout pendant les années marquées par l’apparition de la pandémie à Covid-19, la Direction de l’HPGRB sous la houlette de son président du conseil d’administration S.E. François-Xavier Maroy Rusengo appuie sur l’accélérateur pour changer la donne.

Le transfert des compétences ayant précédé celui de nouvelles technologies, l’HPGRB, a mis les bouchées doubles pour acquérir un appareil de résonance magnétique indispensable dans le diagnostic des différentes pathologies  qui est un outil de pointe dans les investigations médicales. Pour servir efficacement ses patients clients, car à l’HPGRB le patient est un client, or le client est un roi,  cette structure s’est fortement équipée du matériel de pointe et parvient à atteindre un niveau qui n’est plus à démontrer grâce aux efforts et engagement de son Excellence Mgr l’Archevêque de Bukavu François-Xavier Maroy Rusengo, le PCA.

L’HPGRB une structure émergente grâce à son personnel dévoué

C’est par l’implication tout azimut d’un personnel engagé et dévoué à l’œuvre que l’HPGRB rayonne dans la ville et fait la fierté de la province. Engagé résolument, tout le monde se réveille le matin pour aller donner le meilleur de lui-même. Une philosophie qui concourt à la réussite que la direction a su imprimer avec l’encre indélébile dans le cœur de son personnel. L’hôpital se modernise, les choses changent et cette structure médico-sanitaire prend de l’envol grâce à tous ces agents qui ont su dépasser leurs égoïsmes pour poser le jalon de la rénovation. Pour d’autres c’est de leurs investissements collectifs qu’ils ont su placer pour contribuer à l’avancement de l’œuvre.

‘’L’inauguration de ces deux grands ouvrages serait une utopie sans vos efforts collectifs que vous ne cessez de ménager pour que ce patrimoine public redore son blason. Vous avez cru et vous nous avez témoigné votre confiance. A vous nos partenaires, la réalisation de ce jour serai absente si vous ne nous avez pas donné votre confiance. C’est ici l’occasion de remercier les amis belges particulièrement le Prof André Vincent, le Prof René FIASSE, »  a-t-il prouvé sa gratitude

Dr Guy Mulignanya fait une mention particulière au professeur Battisti et sa femme Loretta ainsi que toute sa famille  pour avoir contribué substantiellement à l’équipement  du nouveau bâtiment de pédiatrie générale.

Les vœux du peuple exaucés

Plus question d’aller suivre les soins à l’étranger. Les patients qui devraient se rendre à l’extérieur pour chercher de soin de qualités et surtout faire des examens d’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) peuvent désormais se frotter les mains car la solution est trouvée.

‘’Nous avons été interpelé par la situation de nos frères et sœurs qui devraient se rendre dans les pays voisins pour réaliser un examen d’IRM malgré leur fragilité et le coût que tout cela implique. Grâce à vous nous sommes heureux de voir que désormais nos enfants seront pris en charge dans des bâtiments adaptés et avec un personnel qualifié. A part les CT-Scan, échographie et radio conventionnelle, nous pouvons maintenant réaliser l’IRM à l’HPGRB,’’

Satisfaits du progrès, les habitants de Bukavu promettent de faire la promotion de leur hôpital et de ne plus partir chercher des soins à ailleurs. Marie-Jeanne Mwinja pense que la population devrait comprendre que la province a ses propres spécialistes avec tout le nécessaire et la population devrait s’en servir.

’Ce sont nos enfants que nous avons-nous-mêmes envoyé à l’école, aujourd’hui ils sont spécialistes et la province peut maintenant respirer. Que le gouvernement s’investisse en donnant des subsides pour que les soins soient accessibles à tous,’’ recommande Marie-Jeanne Mwinja.

A l’HPGRB le patient est un client, or le client est un roi, donc le patient est un roi.