Open

Tag Archives: l’HPGRB

HPGRB : La néonatologie, la santé des nouveau-nés au centre de nos préoccupations

La pédiatrie de l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu a amélioré suffisamment son plateau technique et les enfants  nouveau-nés bénéficient désormais d’une meilleure prise en charge médicale. Suite à ces avancées significatives, le taux de mortalité a sensiblement baissé. L’unité de la néonatologie à la pédiatrie de l’HPGRB vaut aujourd’hui mieux qu’il y a 5 ans.  

Dans un entretien accordé par le pédiatre Kambale Mbusa Richard , il  s’observe une nette amélioration du plateau technique pédiatrique. Tout a changé, les installations sont désormais modernisées et bien équipées des matériels de dernière génération qui permettent une bonne prise en charge pour sauver ces enfants prématurés.

Patrick Babwine : Bonjour docteur Richard

Dr Richard Kambale : Bonjour cher Patrick

Patrick Babwine : Dr Nous voulons savoir, quelles sont les réalisations (les points frappants au sein de votre service), bref, des spécialités par rapport à d’autres structures sanitaires de la place ?

Dr Richard Kambale : merci pour votre question Monsieur. Nos réalisations s’articulent sur plusieurs volets, notamment :

Le premier volet est, avant tout, un volet préventif. Comme l’adage le dit, il vaut « mieux prévenir que guérir ». Ce volet renferme plusieurs aspects :

  • Tout d’abord nous faisons la consultation systématique de tous les nouveau-nés, 2 jours après leur naissance, pour juger de leur bonne adaptation à la vie extra-utérine. Cette consultation les prépare au retour à domicile ;
  • Pour protéger précocement les bébés contre les infections évitables par la vaccination, une première vaccination systématique des nouveau-nés avec le vaccin BCG et vaccin contre la poliomyélite leur est offerte à la maternité ;
  • Avant le retour à domicile du couple mère-bébé, nous prodiguons à la mère des conseils visant, tant son bien-être que celui du bébé (conseils de puériculture). Nous l’informons sur les problèmes urgents du bébé qui doivent la faire revenir en Néonatologie ;
  • Après le retour du couple mère-bébé à domicile, nous revoyons le bébé, deux semaines après la sortie, pour une nouvelle réévaluation, afin de dépister les différents problèmes rencontrés par la mère à domicile ;
  • Enfin, nous faisons un suivi de tous les nouveau-nés sortis guéris de la Néonatologie, mais qui gardent un certain risque à moyen ou long terme. Il s’agit d’anciens prématurés, des nouveau-nés ayant été réanimés, des nouveau-nés suivis pour ictère (jaunisse), des nouveau-nés avec de grosses infections, etc. Le but de ce suivi est de dépister les anomalies de croissance et de développement psychomoteur et d’y remédier précocement.

Le deuxième volet, c’est le volet curatif : Il s’agit de la prise en charge de tous les bébés malades, notamment :

  • Les bébés prématurés de plus de 28 semaines (plus de 1 kg) ;
  • Les bébés macrosomes (de plus de 4kg) avec certains risques
  • Les bébés nés terme avec asphyxie périnatale (bébés qui n’ont pas crié à la naissance) grâce à la technique d’hypothermie induite de 48 à 72 heures ;
  • Les bébés présentant des infections néonatales ;
  • Les bébés avec ictère néonatal (jaunisse) par la technique de photothérapie ;
  • Les bébés avec malformations congénitales en collaboration avec d’autres spécialités de l’HPGRB (Chirurgie pédiatrique, ORL, Cardiologie, etc.) ;

Le troisième volet de nos réalisations, c’est le volet promotionnel :

Grâce à notre lactarium (banque de lait), nous encourageons les mères qui ont beaucoup de lait à allaiter leurs bébés, mais aussi à en faire don pour les autres mères qui n’en ont pas suffisamment pour diverses raisons. Des examens sont faits sur ce lait pour garantir la sécurité au bébé receveur. Le lait maternel ainsi recueilli est conservé dans des conditions d’asepsie et d’hygiène stricte dans notre lactarium.

En dernier, c’est le volet enseignement et recherche (l’HPGRB une structure favorisant la recherche scientifique) :

Comme hôpital universitaire, nous assurons l’encadrement et la formation des médecins stagiaires et des candidats spécialistes en pédiatrie ; nous offrons aussi un cadre de stage aux futurs infirmiers et sage-femmes de la région pour concilier les différentes théories apprises à l’école à la pratique. Nous menons des recherches sur plusieurs thématiques de la néonatologie.

Patrick Babwine : Pouvez-vous faire une brève présentation de la Néonatologie, la façon dont fonctionne cette unité de la pédiatrie d’une manière claire pour rassurer les lecteurs que tout a changé docteur ?

Dr Richard Kambale : La Néonatologie / HPGRB est une unité de pédiatrie qui prend en charge les enfants de 0 à 28 jours. Pour rendre optimale la prise en charge des bébés, l’Unité de Néonatologie est subdivisée en plusieurs secteurs :

  • Le secteur des nouveau-nés, nés en dehors de l’HPGRB (Outborn) ;
  • Le secteur des nouveau-nés, nés à l’HPGRB (Inborn) ;
  • Le secteur des nouveau-nés infectés ;
  • L’unité kangourou, où les mères allaitent et mettent leur bébé en contact étroit peau à peau contre leur poitrine en vue de leur garantir la chaleur (méthode Kangourou) ;
  • Le secteur mère-bébé A (Salle 11) où se fait le rapprochement entre la mère et le bébé stable mais garde une certaine fragilité. Ce rapprochement vise à renforcer les liens psycho-affectifs entre la mère et le bébé ;
  • Le secteur mère-bébé B (pavillon, salle des mamans césarisées, salle de post-partum) où se fait le rapprochement entre la mère et bébé stable et non fragile, mais qui suit encore les soins en Néonatologie ;
  • Nous intervenons également dans la salle d’accouchement (Pédiatrie en Maternité) dans le cadre de réanimation de nouveau-nés avant leur transfert en Néonatologie ; mais aussi dans le cadre de stabilisation et de la surveillance des nouveau-nés à risque.

Patrick Babwine : Comment est composée votre équipe en termes de potentiel intellectuel ?

Dr Richard Kambale : l’Unité de Néonatologie/HPGRB dispose d’un personnel très compétent constitué de deux pédiatres à compétence Néonatologie, 3 assistants, 8 infirmières puéricultrices et 2 agents de surface.

Patrick Babwine : Pourquoi cette unité a été déplacée vers la maternité et non laissée  auprès de la pédiatrie ?

Dr Richard Kambale : Dans la conception d’une unité de néonatologie, celle-ci doit toujours être située à proximité de la salle d’accouchement. Ainsi donc, ce rapprochement avait un triple objectif :

  • Premièrement, c’est de nous conformer à ce qui est universellement recommandé ;
  • Deuxièmement, c’est garantir au personnel soignant la facilité du travail. Cette proximité nous aide à prendre en charge précocement les bébés après les mesures de réanimation et à intervenir rapidement en maternité pour les bébés à risque.
  • Enfin, cette proximité garantit la sécurité des nouveau-nés en leur évitant l’exposition au froid, à la pluie, ainsi qu’au courant d’air pendant les manœuvres de leur transport de la Maternité vers la Néonatologie.

Patrick Babwine : Quelle est la capacité d’accueil pour les nouvelles installations de votre service ?

Dr Richard Kambale : L’Unité de Néonatologie a une capacité d’accueil de 20 nouveau-nés. Cependant, compte tenu du fait que les nouveau-nés stables sont suivis auprès de leurs mères dans différents secteurs au compte de la Néonatologie, notamment en salle 11, au pavillon clinique, en  salle des mamans ayant accouché par voie basse (salle de post-partum), et en salle des mamans ayant accouché par césarienne, cette capacité avoisine 40 nouveau-nés.

Patrick Babwine : Quelles sont les grandes avancées enregistrées au sein de votre service comparativement aux 5 années passées.

Dr Richard Kambale : Ces avancées sont :

  • L’acquisition d’un nouveau bâtiment de Néonatologie, plus large que le précédent, et communiquant directement avec la Salle d’accouchement et la Maternité ;
  • Le renforcement du personnel soignant avec plusieurs compétences ;
  • Le renforcement du plateau technique ;
  • La banque de lait (lactarium)
  • La collaboration avec les partenaires de l’Université de Liège (Belgique) dans le cadre d’actualisation de nos différents protocoles des soins, recyclage du personnel et renforcement en matériels de soins.

 

Patrick Babwine : Les lecteurs patients/ clients, peuvent-ils avoir une connaissance sur vos programmes respectifs de consultations ?

Dr Richard Kambale : Oui

Pour Dr Richard KAMBALE :

  • Lundi : Consultation externe en Clinique B
  • Mardi, mercredi et jeudi : consultation des nouveau-nés de 2ème jour de vie, avant leur retour à domicile ;
  • Mercredi : Consultation externe systématique de la 2ème semaine des nouveau-nés nés ou suivis à l’HPGRB
  • Vendredi : Consultation externe en Clinique A (pédiatrie générale)

Dr Serge ZIGABE :

  • Jeudi : Consultation externe en Clinique B
  • Lundi, mercredi et vendredi : consultation des nouveau-nés de 2ème jour de vie, avant leur retour à domicile ;
  • Mercredi : Consultation externe systématique de la 2ème semaine des nouveau-nés nés ou suivis à l’HPGRB
  • Mardi : Consultation externe en Clinique A

 

Patrick Babwine : disposez-vous de ressources matérielles nécessaires capables de prendre en charge ces nouveau-nés au sein de votre service ?

Dr Richard Kambale : effectivement le service est fortement équipé en matériel de pointe.  Nous disposons de :

  • Matériels d’aspiration et d’oxygénation (aspirateur, sondes, bocal) ;
  • Matériels de réanimation de nouveau-nés (table de réanimation avec source de chaleur, chronomètre, aspirateur, sondes, ambu, masques, laryngoscope, pince de Magill, canules, etc.),
  • Matériels de réchauffement des nouveau-nés (tables chauffantes, couveuses) ;
  • Matériels de refroidissement des nouveau-nés avec asphyxie périnatale (cool pack) ;
  • Matériels de nébulisation des nouveau-nés (nébuliseurs, masques) ;
  • Matériels de photothérapie pour tous les bébés avec jaunisse ;
  • Lactarium avec matériels nécessaires pour l’alimentation des nouveau-nés de faible poids de naissance (tire-laits, centrifugeuses, matériels de pasteurisation, microscope, frigo, congélateurs, four micro-ondes…)
  • Matériels de surveillance des nouveau-nés en détresse vital (scope)

Nous rappelons à nos lecteurs que Dr Kambale poursuit sa recherche dans le domaine de la nutrition infantile. Il a des spécialités en : Pédiatrie générale, Nutrition pédiatrique, maladies infectieuses pédiatriques, ainsi qu’en Néonatologie.

Patrick Babwine : Merci docteur kambale pour votre collaboration et surtout pour cet entretien plus riche

Dr Richard Kambale : C’est moi qui vous remercie et je salue tout le personnel de l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu ainsi que tous nos lecteurs.

L’installation des panneaux photovoltaïques réduit le délestage de charge dans divers services clés de l’HPGRB

La transition énergétique à l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu, un ouf de soulagement pour les patients en province du Sud-Kivu et ses environs. Soucieux d‘améliorer les conditions de travail, de pallier efficacement à la problématique de délestages dans certains services clés de l’HPGRB, ainsi que réduire la consommation des énergies fossiles, la direction a investi des moyens plus importants pour équiper l’hôpital des systèmes photovoltaïques. Tous ces mécanismes lui permettent d’améliorer la qualité des soins à offrir aux patients, mais aussi de réduire sensiblement le taux de mortalité qui serait dû au manque de l’énergie électrique.

Avec l’acquisition de ces panneaux solaires, les blocs opératoires, les soins intensifs, la néonatologie et dans d’autres services plus importants équipés en appareils biomédicaux fonctionnent désormais sans arrêt 24H/24 et 7J sur 7 et cela réduit le taux de mortalité.

L’HPGRB étant une institution d’intérêt public, il a doté à tous ses départements et services d’un dispositif automatique des panneaux solaires pour qu’ils soient capables de répondre aux attentes des patients dans la communauté.

Les soins médicaux ne se donnaient pas comme il le faudrait à cause des coupures intempestives du courant. Des interruptions brusques déstabilisent le personnel soignant et les malades. Avec ces panneaux, les courant est permanent, car  il y a inversion automatique en cas de désagrément dû au courant électrique et vous ne pouvez pas le voir à l’œil nu. Certains appareils Biomédicaux tombaient en panne à la suite des interruptions brusques du courant et maintenant tout est assurer,’’ nous a rassuré l’Ir Balzac Alimwinja responsable électricien de l’HPGRB.

A en croire, l’alimentation de l’hôpital en photovoltaïque diminue sensiblement le coût sur la consommation du courant électrique et de gasoil dans ses générateurs. Elle  permet également d’éviter l’usure de certains engins électriques et des générateurs de l’hôpital. Plus d’une centaine de panneaux solaires suspendus sur les toits et des batteries capables de fournir de l’énergie pendant plus de 12 heures de temps sont acquis sur fond propre de l’hôpital en collaboration avec DPA.

lire aussi:HPGRB : La Bralima siège de Bukavu fait un don des vivres aux enfants mal nourris au centre nutritionnel et thérapeutique NCT

Chacune des unités de stockage a une durée de vie utile capable de contrôler à la fois la charge et la libération d’énergie de chacune des batteries. Tout est prévu pour garantir un approvisionnement continu et autonome en électricité dans le souci d’améliorer la qualité de soins aux patients.

Signalons que l’HPGRB utilise trois sources d’énergies permanentes pour son approvisionnement entre autres : ses générateurs, du courant électrique de la SNEL et l’approvisionnement en panneaux  solaires.