Open

Author Archives: Joyce Kalumuna

Célébration de la journée des malades le 11 février 2024 à l’HPGRB (Photos).

Des malades, les populations environnantes regroupés pour la messe.
Journée des malades
Un échantillon du personnel de l’Hôpital Provincial venu célébrer cette journée avec les malades de l’HPGRB
A gauche l’aumônier de l’HPGRB Abbé Protais Hamuli. A droite, le chancellier Abbé Delphin Bukunguta ayant été délégué par l’Archevêque François-Xavier Maroy à l’occasion pour présider ladite messe
Journée des malades
Remise des billets de sortie aux malades bénéficiaires de dons de bienfaiteurs qui ont vu leurs factures être honorées
Journée des malades
Au total 33 malades guéris de sexe, âge, religion et provenance confondus ont été des heureux élus
Journée des malades
Des vivres et non vivres leur avaient également été remis afin de regagner leurs domiciles en toute dignité
Journée des malades
Notons qu’à part le 11 Février plusieurs autres malades “sortis non sortis” ont quitté l’Hôpital Provincial grâce à la générosité de personnes de bonne volonté. Dans le cadre de célébrer et compatir avec ses malades, la direction de l’hôpital a également jugé bon de libérer, pro deo, certains de ses anciens patients. Le dernier cas en date de toutes ces sorties est celui du 21 Février 2024 où, grâce toujours aux dons de bienfaiteurs, 11 autres malades vulnérables ont regagné leurs domiciles

14 février, journée internationale de sensibilisation aux cardiopathies congénitales

La Journée de sensibilisation aux malformations cardiaques congénitales, qui a lieu chaque année le 14 février, a pour but de sensibiliser et d’informer le public sur les malformations cardiaques congénitales, une constellation mortelle de malformations congénitales qui affectent le cœur.
Savez-vous que huit enfants sur mille sont atteints d’une forme ou d’une autre de malformation cardiaque congénitale ? Oui, une malformation cardiaque congénitale est une maladie mortelle qui fait des milliers de victimes chaque année.

Présente à la naissance, il convient de noter que ce type d’affection cardiaque est un défaut ou une anomalie et non une maladie. Une malformation cardiaque congénitale se produit lorsque le cœur ou les vaisseaux sanguins proches du cœur ne se développent pas normalement avant la naissance. La cause exacte de ces malformations cardiaques est encore inconnue. Bien que certains chercheurs supposent qu’elle est génétique, seuls quelques gènes ont été associés aux malformations cardiaques. La plupart des chercheurs partent donc du principe que les malformations cardiaques sont probablement dues à des facteurs environnementaux ainsi qu’à de multiples facteurs génétiques.

En outre, la gravité des affections varie considérablement, de sorte qu’il est impossible de déterminer avec précision la gravité de la malformation chez l’enfant. Il est très probable que les personnes atteintes de cette maladie génétique la transmettent à leurs enfants. En fait, les chercheurs affirment qu’il y a 50 % de chances que l’enfant soit atteint de la même maladie génétique.


Les malformations cardiaques congénitales sont généralement diagnostiquées à un stade précoce, avant même la naissance. Cependant, certaines malformations sont plus difficiles à détecter, et d’autres peuvent même n’être diagnostiquées que bien plus tard dans l’enfance.

La Journée mondiale des malformations cardiaques congénitales vise à informer le public sur les malformations cardiaques congénitales, à honorer et à commémorer toutes les personnes nées avec une malformation cardiaque, ainsi que les familles et les amis touchés par les enfants atteints de malformations cardiaques. Si vous ou vos enfants souffrez d’une malformation cardiaque congénitale, assurez un suivi régulier avec votre médecin.

J.M. des malades: L’HPGRB célèbre ce 11 février avec ses patients et en appelle à la générosité des personnes de bonne volonté.

Le 11 février marque la célébration de la journée mondiale des malades. Instaurée en 1992 par le Pape Saint Jean-Paul II, cette commémoration vise à encourager les personnes en bonne santé à donner de leur temps pour soutenir les malades en étant attentives à leurs besoins. 


A l’occasion, l’HPGRB, à travers sa commission sociale  en appelle à la générosité des personnes de bonne volonté en faveur des malades. Un programme devenu coutume au sein de l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu (HPGRB), qui attache du crédit à cette journée, marquant d’une pierre sa responsabilité sociale.

De ce fait, une messe d’action de grâce sera dite ce dimanche 11 février par l’aumônier de l’HPGRB dans l’enceinte de l’hôpital. A en croire l’abbé Protais Hamuli, ce culte vise à rendre grâce à Dieu pour le rétablissement accordé aux malades guéris ainsi que prier pour ceux qui sont encore en état de santé instable.

Après la messe, grâce aux dons des bienfaiteurs de la commission sociale, des billets de sorties seront distribués à certains malades vulnérables. Ces derniers sont dits « sortis non sortis » pour n’être pas sortis de l’hôpital après la clôture de leurs dossiers cliniques faute des moyens. 

A d’autres, les membres de la commission remettront des vivres et non vivres, en attendant des nouvelles récoltes de fonds en leur faveur.

Pour cela l’abbé Hamuli également membre de la commission sociale, invite toute autre personne de bonne volonté à envoyer sa contribution sur les numéros mobile Money suivants car dit-il, « le besoin est toujours présent dans le camp des malades vulnérables de l’HPGRB ».

Pour vos dons, Mobile Money, 

+243980804577 ou +243858568527

Journée mondiale de la lèpre  2024, sous le thème “vaincre la lèpre”

Les 26, 27 et 28 janvier 2024 marquent la Journée mondiale des malades de la lèpre commémorée à travers le monde. 

Le thème de l’année 2024 est “Vaincre la lèpre”. Un thème qui résume le double objectif de la journée : éradiquer la stigmatisation associée à la lèpre et promouvoir la dignité de personnes touchées par cette maladie. 

Une maladie d’hier et d’aujourd’hui, dont l’origine se perd dans la nuit des temps.

Encore présente en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie, ses victimes se comptent encore par centaines de milliers. 

Un véritable fléau qui nécessite autant d’attention de la part des pouvoirs publics afin de maîtriser au mieux ce qui à coup sûr demeure un problème de santé publique. 

L’urgence étant de mise, la République Démocratique Du Congo (RDC) à travers son programme national d’élimination de la lèpre fournit assez d’efforts pour éradiquer ce fléau rapporté encore timidement dans certaines zones du Pays.

A Bukavu au Sud-Kivu, une pathologie maîtrisée.

Le prof. Dr. Marius Baguma chef du département de médecine interne à l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu(HPGRB) renseigne, « depuis que je suis à l’hôpital provincial en 2012, on n’a jamais diagnostiqué cette pathologie ici » dit-il.

Ainsi, malgré ses avancés, plusieurs observateurs pensent que négliger la lutte contre la lèpre aujourd’hui sous prétexte des succès remportés aurait comme conséquence le retour progressif à la situation que Raoul Follereau dénonçait encore en 1961 : ” Cela va-t-il durer ? Laisserons-nous mourir, pourrir, quinze millions d’êtres humains, alors que nous savons maintenant qu’on peut les soigner, les sauver, les guérir ? “.

Par conséquent, le thème de cette année  “Vaincre la lèpre” rappelle avec force la nécessité de s’attaquer aux aspects sociaux et psychologiques de la lèpre, parallèlement aux efforts médicaux visant à éliminer la maladie. Il invite à la promotion d’un monde où la lèpre n’est plus une source de stigmatisation mais plutôt une occasion de faire preuve de compassion et de respect à l’égard de toute personne qui y est affectée.

L’HPGRB recycle ses agents de sécurité pour une durée de 90 jours.

Pendant 3 mois, 38 agents de sécurité que compte l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu (HPGRB) seront recyclés dans une session de formation.

Initié par la direction de l’hôpital provincial, ce programme vise à doter ce personnel, d’un niveau encore plus poussé de professionnalisme dans la sécurisation des personnes qui fréquentent l’HPGRB, leurs biens ainsi que les périphéries de l’hôpital.

Selon Guy-Thychique Kalume Buhendwa formateur dans ces assises qui s’achèvent en mars prochain, l’objectif est d’amener ces agents à s’acquérir de nouvelles technologies signalées dans leur secteur d’intervention et de se ranger en ordre de bataille.

« Nous avons reçu la charge de former ces participants pendant 3 mois sur la sécurité et l’informatique, une innovation notifiée depuis un bon bout de temps en cette matière. Ils seront capacités sur 3 modules. Lesquels porteront respectivement sur le gardiennage, l’anti-incendie ainsi que la sécurité santé. L’idée c’est de leur montrer que la technologie n’est pas non plus leur allié. S’ils ne font pas preuve d’un niveau assez élevé de professionnalisme, les responsables de l’hôpital peuvent se passer d’eux en faisant recours à des outils (cameras, alarmes,…) avec un nombre réduit du personnel pour les surveiller. » dit ce responsable de l’organisation Groupe one service œuvrant dans la sécurité.

Ce dernier renchérît ;

« Comme par exemple l’hôpital provincial est très vaste, s’il faut parler d’un des aspects discutés en formation c’est le contrôle accès. Il doit se faire dès l’accès à la première porte d’entrée. A l’intermédiaire, c’est au niveau de 3 voies qui mènent vers les urgences, les pavillons ou encore à l’entrée principale que ce contrôle doit être effectué. Au niveau terminal c’est vers les rayons. A tous ces stades, les agents de sécurité doivent s’assurer de qui entre dans les enceintes de l’HPGRB, avec quoi, et pour quelle finalité. L’objectif étant de remédier à l’insécurité et aux situations conflictuelles au sein de cette institution sanitaire de référence. » ajoute notre source.

Interrogé à ce sujet à l’issue de la formation de ce 25 janvier 2024, M. Ntayirwa Ntwali Yves remercie les dirigeants de l’hôpital provincial d’avoir rendu possible cette capacitation.

« Nous sommes sûrs que désormais plus que jamais nous allons rehausser le niveau de manœuvres sécuritaires au sein de notre hôpital à la grande satisfaction de tous. De lundi à vendredi de la semaine, nous sommes en formation pendant près de 4 heures le jour. Nous le faisons de manière rotative pour ne pas pénaliser le travail. Ceci est une grande opportunité mise à notre disposition et nous nous devons de la saisir et surtout mettre en pratique toutes les matières apprises. J’attends entre autres qu’à la fin de cette session, mes collègues améliorent leur communication auprès des gens qui fréquentent l’hôpital, leur parler d’un ton indiqué selon la situation qu’ils traversent, accentuer les techniques du contrôle d’accès, fouilles et autres. En tant que responsable du service de sécurité et gardiennage ici, je vais veiller sans faille à cela. » laisse-t-il entendre.

Sachez que cette séance de formation se tient dans la salle de réunion du département de médecine interne de l’HPGRB.

1 2 3 7